Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Apport en connaissance

 2521 vues

Rappelons que seuls les Centres Hospitaliers sont soumis au code des marchés publics. Par conséquent, les structures privées commerciales et à but non lucratif disposent d’une souplesse plus importante dans la mise en place de leur processus d’appel d’offres DPI. Pour autant, ce dispositif d’appel d’offres peut s’avérer à la fois complexe et chronophage dès lors que la Direction Générale de l’établissement souhaite faire valoir les dimensions de transparence, d’équité et de rigueur dans ce domaine.

Il est néanmoins conseillé à tout établissement public ou privé de procéder à des visites de site, tous métiers confondus. Elles seront avantageusement soutenues par un questionnaire préparé à l'avance. Le but sera de prendre connaissance des problèmes rencontrés avant, pendant et après la procédure d’achat, quelle qu’en soit la forme juridique, en termes de qualité de produit, des difficultés durant le déploiement ou d’effets induits sur l’organisation.

* Un travail de sélection des éditeurs à consulter est nécessaire en amont de toute démarche d’achat. Ce travail gagne en crédibilité dès lors qu’il est engagé en lien avec les instances décisionnelles du projet.

Selon une source ANAP, il existe sur le marché environ 200 éditeurs de logiciels couvrant tout ou partie de la production de soins. Une majorité de ces solutions sont des solutions de « niches » répondant à un besoin métier très spécifique et ne couvrant donc pas l’ensemble du périmètre fonctionnel de la production de soins. Toutefois des solutions dîtes PGI (Progiciel de Gestion Intégré) existent et revendiquent le fait de couvrir la totalité du périmètre fonctionnel de la production de soins. Dans cette logique, la phase de consultation des éditeurs doit permettre de savoir s’il est préférable de choisir la meilleure solution sur chaque module métier (best of breed) ou bien une solution de type PGI. Dès lors cette décision prise, il est classique de fixer des critères de sélection en première analyse :

  • Aspects financiers (CA > X M€)
  • Effectifs (> X personnes)
  • Références DPI (a minima X établissements de taille comparable déployés)

Cependant, il convient de ne tenir compte que des ressources effectivement mobilisées sur l'activité DPI. Certains grands groupe internationaux peuvent faire figurer l'ensemble de leur activité industrielle dans les critères, alors que la part dévolue au dossier informatisé est minime, et la pérennité mal assurée.
De la même façon, le décompte des effectifs n'est pas parlant si on n'en connait pas l'affectation, la qualification et l'expérience dans le domaine du dossier patient. Il serait peu significatif de tenir compte des ingénieurs technico-commerciaux, ou des stagiaires engagés dans des projets médico techniques sans lien avec le DPI.
Enfin, la solidité et la fiabilité d'une entreprise ne tiennent pas seulement à son CA, mais aussi à sa rentabilité et son effort de Recherche-Developpement.

** Cette phase nécessite la conception en amont de grilles d’audit permettant de cadrer de façon exhaustive les items qui seront audités à l’occasion des visites.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 05/06/2015

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre les problématiques d'un projet de Dossier Patient Informatisé et Interopérable (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre les problématiques d'un projet de Dossier Patient Informatisé et Interopérable (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?